Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur
3885
474
27
Add to Collection
About

About

Merveilleux ! réunit quarante quatre contes et légendes merveilleusement illustrés par des artistes venant des quatre coins du monde. Chaque hist… Read More
Merveilleux ! réunit quarante quatre contes et légendes merveilleusement illustrés par des artistes venant des quatre coins du monde. Chaque histoire est interprétée par Amélie Sarn qui revient à l’essence du récit sous un angle original. À vous d’imaginer la suite, de réinventer les détails à travers les œuvres présentées et de raconter votre propre vision de ces échantillons d’une culture universelle. Read Less
Published:
Illustration pour l'exposition "Merveilleux" à Arludik en collaboration avec CFSL ink.
Du 03 Octobre au 16 novembre 2013.
-
Une partie des bénéfices de cet ouvrage est reversée à l’association ODP, Œuvre des Pupilles Orphelins et fonds d’entraide des Sapeurs-Pompiers de France, qui soutient les enfants et les familles des pompiers qui ont donné leur vie en mission.
-
Cette illustration sera dans le livre du même nom disponible ici : http://www.cfsl-ink.com/fr/catalog/Merveilleux
-
Graphite sur papier, format A3.
 
****
Illustration for the exhibition "Merveilleux" to Arludik in collaboration with CFSL ink.
October 3th to november 16th, 2013.
-
A portion of the profits of this book is donated to the ODP Association of Pupils Work Orphans and support of Firemen of France, which supports children and families of the firefighters who gave their lives in Mission funds.
-
This illustration is in the book of the same name available here: http://www.cfsl-ink.com/fr/catalog/Merveilleux
-
Graphite on paper, A3.

Un père avait deux fils; le premier était réfléchi et intelligent; il savait se tirer de toute aventure. Le cadet en revanche était sot, incapable de comprendre et d'apprendre. Quand les gens le voyaient, ils disaient: "Avec lui, son père n'a pas fini d'en voir." Quand il y avait quelque chose à faire, c'était toujours à l'aîné que revenait la tâche, et si son père lui demandait d'aller chercher quelque chose, le soir ou même la nuit, et qu'il fallait passer par le cimetière ou quelque autre lieu terrifiant, il répondait: "Oh non! père, je n'irai pas, j'ai peur." Car il avait effectivement peur. Quand, à la veillée, on racontait des histoires à donner la chair de poule, ceux qui les entendaient disaient parfois: "Ça me donne le frisson!" Le plus jeune des fils, lui, assis dans son coin, écoutait et n'arrivait pas à comprendre ce qu'ils voulaient dire. "Ils disent toujours: "Ça me donne la chair de poule! ça me fait frissonner! Moi, jamais! Voilà encore une chose à laquelle je ne comprends rien."

> La suite de l'histoire <
Thanx for watching!