Pompdou: la déchirure du cercle
Images produced without manipulation (DSLR Camera, Canon). They are part of a project I undertook while in Paris (January & February 2018), visiting, registering and studying works in museums and churches (for more information, see here). 
Original works photographed here include André Derain's Le vieil arbre (1904), Henri Matisse (1905), Trois personnages assis dans l’herbe (1906), Portrait d'Alice Derain (1920-21), Henri Matisse's Marguerite au chat noir (1910), Amedeo Modigliani's Portrait de Dédie (Odette Hayden) (1918), Sonia Delaunay's Philomene (1907), Paul Klee's Rhythmisches (1930), Theo Van Doesburg's Composition X (1918).
The following quotations are enlightening: 
"Les choses fondamentales de la vie ont leur principe en elle-même, leur être réside dans la fonction précise qu'elles remplissent en ce qu'on peut encore appeler 'Dieu'. Les évaluations humaines s'en approchent plus ou moins... la scission du violet de l'arc-en-ciel... la brèche ouverte... Tout se passe en effet comme si le cercle avait été victime d'une agression à l'emplacement du violet, le cercle alors se déchirant, s'ouvrant en deux branches pour engendrer, série de points colorés..."
"... rouge-violet, rouge, orangé, jaune, vert, bleu, bleu-violet (indigo)... quelque chose d'insolite aux deux extrémités de la série... les deux moitiés doivent faire un tout, les deux violets un seul violet, et les deux bouts mystérieux de la chaîne se souder en circuit infinit, sans commencement ni fin... L'arc-en-ciel n'était qu'un reflet d'une totalité inconnue auparavant..." 
"Le mouvement simple est une banalité. Eliminer l'élément temporel. Hier et aujourd'hui come simmultanéité. La polyphonie dans la musique répondit dans une certaine mesure à ce besoin... La peinture polyphonique est supérieure à la musique en ce sens que l'élément temporel y est plutôt une donnée spatiale. Ne définissons pas le donné présent comme tel, définissons dans le passé et dans le futur; précisons largement, dans une perspective multilatérale. Définir isolément le présent, c'est le tuer... alternance simultanée... il faudrait alors passer [du rouge au vert, du vert au rouge] par saut..."
"La force créatrice échappe à toute dénomination... capable de nous ébranler jusqu'au tréfonds... Elle est probablement matière elle-même, une forme de matière qui n'est pas perceptible aux mêmes sens que les autres espèces connues de matière..." 
"... le chaos demeure à jamais impondérable et incommensurable... Cet être-néant ou ce néant-être est le concept non-conceptuel de la non-contradition"
"... gris parce qu'il est en haut tout autant qu'en bas... point non-dimensionnel, point entre les dimensions et à leur intersection, au croisement des chemins."
"Pas de fins sur ce circuit, ni d'accouplements, mais une succession continue de passages..."
"... en établissant entre le Toi et le Moi un rapport par résonance qui transcende tout rapport optique. Premièrement, la voie d'un commun enracinement terrestre qui, d'en bas, gagne l'oeil. Deuxièmement, la voie d'une commune participation cosmique qui survient d'en haut."
"La métalogique concerne le sourire, le regard, l'odeur tout l'éventail des séductions entre bien et mal."
"L'impératif statique, condition terrestre... où la gravitation impose un mouvement fini, conduit le mouvement vers sa fin en plaçant sous l'hégémonie d'un autre. Le plus fort tire tout à lui. Ce plus fort est animé de son côte par le mouvement et entraîne sa victime dans sa course. Mais l'opprimé ne s'en aperçoit pas directement; il lui faut voir comment aménager son joug, s'y créer peu à peu une aire de mouvement suceptible de lui assurer une sorte d'autonomie. Ainsi croissent les plantes, marchent ou volent les bêtes ou l'homme."
"... le sérieux éthique va de pair avec le fou-rire des anges à l'endroit des doctes et des pontifes..."
"... le génie est le meneur de jeu en personne... Peut-être est-il aujourd'hui même dans un endroit auquel on ne pense guère. Car c'est souvent un hérétique aux yeux du dogme. L'école ferait bien de le garder comme un secret dans une chambre close... un mage! Il faudrait donner un cours en dehors du complexe scolaire... construction du secret."
"On ne peut rien précipiter. Il faut qu'il croisse naturellement, ce Grand Oeuvre, qu'il pousse, et s'il lui arrive un jour de parvenir à maturité, alors tant mieux."
- Paul Klee (traduction par Pierre-Henri Gonthier);
"Dada completely negates the generally acknowledged duality of matter and mind, woman and man, and in so doing creates the 'point of indifference', a point beyond man's understanding of time and space. For this reason Dada is able to mobilize the optical and dimensional static viewpoint which kept us imprisoned in our (three-dimensional) illusions."
"Elementarism opposes to the orthogonal method of plasticism, that is, homogeneous with natural construction, a heterogeneous contrasting, labile method of expression by means of sloping planes relative to the static, perpendicular axis of gravity."
"Man, as the appearance of utmost internality, of spirit, does not posses any point in front, at the side or the back, no fixed point at all towards which he could define a dimension. This explains why in expressing the spiritual, in making spirit an artifact, he will be forced to a moto-stereometric form of expression. This moto-stereometric form of expression represents the appearance of a 4-n dimensional world in a world of three dimensions." 
- Theo van Doesburg, as quoted in Linda Henderson's The Fourth Dimension;
Pompdou: la déchirure du cercle
1
3
0
Published:

Pompdou: la déchirure du cercle

1
3
0
Published:

Creative Fields