EN DÉCOUDRE AVEC LE LIVRE / THESIS PT. 01
14048
2226
89
Published:
En découdre avec le Livre
Ordre et désordre, le façonnage comme entre-deux
Mémoire de recherche en Design
DSAA mention Graphisme 2018
Écrit par Alycia Rainaud


⏤ Le codex, plus communément appelé livre, est à la fois une forme symbolique, une forme ordinatrice et une forme ouverte. Cette forme, à la fois simple et multiple, représente tout du livre, à travers ses vingt-et-un siècles de transformation. Cette dernière a su s’imposer grâce à l’essor d’une nouvelle religion, se stabiliser et se maintenir à travers les âges,
en s’adaptant à de nombreuses fonctions. Ainsi, façonner un livre, c’est aussi saisir le moment où il faut contenir tout ce qui est difficile à contenir dans un espace restreint,
et qui parfois engendre des modifications de la forme codex vers des formes hybrides, en spatialisant son contenu. Néanmoins, le livre est en limite, car il ne peut contenir tout
d’un savoir évoluant perpétuellement, dans un monde notamment traversé par la révolution numérique, où les formes du codex sont destinées à s’ouvrir, s’augmenter.
Au travers de ce mémoire, nous tentons de mettre en relation la forme du livre, une lecture du monde, l’individu, et le designer. De ce fait, en quoi le façonnage du livre témoigne-t’il
d’une relation intrinsèque entre ordre et désordre ? Existe-t-il une relation entre le livre et le Moi ? Quelles sont les tensions qui traversent la forme codex ?
    Pour tenter de répondre à ces questionnements, nous analysons dans un premier temps la façon dont le codex est apparu et s’est stabilisé en devenant l’objet
de promotion de la religion chrétienne. En effet, il est possible de constater que la relation entre la forme ordonnée du codex et la structure ordonnée du monde confèrent au livre
ce que Kant appel le pouvoir transcendantal et la connaissance a priori des objets. Dans un second temps, nous étudions comment, à partir de la Renaissance et de la démocratisation du livre, une certaine appropriation de la forme codex a été possible. Nous témoignons, de, comment, dans un contexte plus laïque,
la forme codex a été amenée à être modifiée d’abord par l’écriture, puis au 19e siècle par des audaces dans le façonnage, renforcées par la suite dans la révolution numérique. Enfin, nous définissons la capacité que peut avoir le codex  au lecteur d’intérioriser une certaine forme d’ordre ou de désordre, et une certaine image de lui-même.
Ainsi, nous tentons d'imaginer comment le désigner, aujourd’hui, tend à vouloir accéder à une lecture de l’objet livre qui ne soit pas simplement fonctionnelle, organisée
par un rapport texte/image, mais qui puisse prendre en compte l’extrême pouvoir symbolique et complexe de cet objet. 



⏤⏤⏤⏤⏤



Dealing with the Book
Order and disorder, shaping as in-between
Master's Graphic Design Thesis 2018
Written by Alycia Rainaud


The codex is at the same time a symbolic, ordinal and open form. Both simple and multiple, the codex represents everything about the main idea of the book shape, through
its twenty-one transformation centuries. In fact, this form was able to prevail itself through the rise of a new religion, stabilize and maintain through ages, and adapt to many functions.  Thus, shaping a book is also grasping the moment when there's a necessity to contain everything that is difficult to place in a restricted space, and that sometimes generates modifications of the codex form towards hybrid forms, by spatialising its content. Nevertheless, the book can't contain all of a perpetually evolving knowledge, in a world notably crossed by digital revolution, where codex forms are intended to open and increase theirselves. Through this thesis, we're trying to put together the book's form, a world's reading, the individual, and the designer. As a result, we can ask ourself : how does the book's shaping testify of an intrinsic relation between order and disorder? 
Is there a relationship between book and Self ? What are the tensions crossing the codex form?
    In an attempt to answer these questions, we first analyze how the codex appeared and stabilized itself by becoming the promotion object of the Christian religion. Indeed,
we can see that the relation between the ordered codex form and the orderly structure of the world provides to the book what Kant calls transcendental power and a priori knowledge of objects. In a second step, we study how a certain appropriation of the codex form was possible, from Renaissance and book's democratization. We testify how, in a more secular context, the codex form was brought to be modified, first by writing, then in the 19th century by some darings of it shape, later reinforced through digital revolution. Finally,
we define and explain the reader's ability to internalize order and disorder, and a certain image of himself while reading and handling the book. Thus, we try to imagine how today's designer, tends to access to a book's reading and shaping that is not simply functional, organized by a text-image report, but that can take account the extreme symbolic and complex power of this object.