• Add to Collection
  • Tools Used
  • About

    About

    Une idée ? Un concept exotique ? Cette création est une intention artistique d’un jeune étudiant. Après 4 nuits blanches et 23 tasses de cafés je… Read More
    Une idée ? Un concept exotique ? Cette création est une intention artistique d’un jeune étudiant. Après 4 nuits blanches et 23 tasses de cafés je vous présente mon affiche pour le concours « Nouvel exotisme ». Cette affiche est ma vision de la représentation de ce qu’est l’exotisme. J’ai symbolisé celui-ci à travers un personnage : le corbeau. Le corbeau représente le mystère de la vie et de la création dans la tradition chamanique. Sur cette création l’animal « s’ouvre » au monde de l’exotisme, des couleurs en ressortent ainsi que fleurs et verdure. Comme si derrière cet animal qui est traditionnellement associé au mauvais œil se cachait un monde fascinant et une explosion d’émotion. Pourquoi le mot expo’ ? Représenté dans un jeux typographique, il est un clin d’oeil au brief qui était de créer « une affiche (format A3) d'une exposition consacrée à la thématique ». Read Less
    Published:
NOUVEL EXOTISME


Cette affiche est ma vision de la représentation de ce qu’est le nouvel exotisme. 
J’ai symbolisé celui-ci à travers un personnage : le corbeau. Le corbeau représente le mystère de la vie et de la création 
dans la tradition chamanique. Sur cette création l’animal « s’ouvre » au monde de l’exotisme, des couleurs en ressortent ainsi que fleurs et verdure. Comme si derrière cet animal qui est traditionnellement associé au mauvais œil se cachait 
un monde fascinant et une explosion d’émotion. Pourquoi le mot expo’ ? Représenté dans un jeux typographique, il est un clin d’oeil au brief  qui était de créer « une affiche (format A3) d'une exposition consacrée à la thématique ».




Oct.2017      -      Berthonneau Guillaume                                                                              Etapes x Adobe 
“Ce qui fait le charme et l’attrait de l’ailleurs, de ce que nous appelons exotisme, ce n’est point tant que la nature y soit plus belle, mais que tout y paraît neuf.” 

Journal 1889-1939, 27 aout 1935 de André Gide