Exécution Sinistre - [ Work in Progress ]
103
12
1
Add to Collection
About

About

Cette cartographie de l'Europe se décompose progressivement en autant de fragments que de disparus migrants, dans le secteur Est de la Méditerran… Read More
Cette cartographie de l'Europe se décompose progressivement en autant de fragments que de disparus migrants, dans le secteur Est de la Méditerranée pour la simple année 2016. Chaque petit carré représente donc un être humain, mort pour avoir rêvé de vivre loin de la guerre. Au début de l'exposition, ce sont déjà 354 décès autour de l'île de Lesbos. Cherchez cette île sur la carte. On ne sait pas tous qu'à cet endroit, les côtes de l'Europe et de la Turquie sont si proches qu'elles pourraient presque être réunies par un pont ! S'il y a d'autres noyés, je continuerai d’exécuter ce sinistre travail (d'où le nom du projet). Décomposer ce vitrail, le morceler pour continuer à compter et ne pas oublier de savoir. Les fragments ensuite sont sablés, et ils perdent alors leur lumière, mais en les mouillant - avec de l'eau salée - ils retrouvent leur transparence. 5 + 25 + 9 + 1 + 1 + 34 + 1 + 4 + .... = 354. En deux mois, la moitié du vitrail est déjà rempli. Et la taille du panneau a été calculée pour le triste record de l'année 2015 (805 en secteur Mer Egée, 3770 pour l'ensemble de la Mediterranée). Visuellement, on réalise donc que début Mars, ce sont déjà autant de morts qu'en 6 mois l'an passé. Qu'est-ce que VOUS pensez ? Pouvez-vous donner un conseil: Que faire de cet objet à la fin de l'expo ? A la face de quel responsable faudra-t-il le jeter ? Faut-il le démonter et envoyer les fragments à nos députés et autres représentants? Offrir ce vitrail au musée des migrations, ou l'abandonner sur l'esplanade des Nations à Genève ? Ou le couler ? Moi, je ne veux pas choisir. Alors si le projet vous a touché, merci de faire une suggestion dans les commentaires puis de diffuser ce blog autour de vous. Read Less
Published:
 
Vitrail à l'exposition 'Homo Mobilis' à l'Atelier des Savoir-Faire à Ravilloles (Jura) du 10 Mars au 15 Octobre 2016
 
Découpe des verres et assemblage temporaire à la cire en tenant compte de la future présence des plombs
 
Préparation de la peinture en grisailles des petits éléments
 
Grand élément complet en cours de peinture;
suppression des réserves qui délimitent les frontières entre les états.
 
La cuisson à 630°C pour vitrifier les décors peints
 
Dans le four de cuisson
 
Les petites pièces ont été sablées
Elles sont ensuite assemblées par des profils de plomb
 
Les vitraux en cours d'assemblage,
juste avant le soudage
 
Nettoyage des vitraux
 
mise en situation dans un cadre suspendu
 
progression de l'installation
 
 
Je commence à réaliser, 354 petits carrés.
Un carré pour chacun des êtres disparus pendant la migration dans le secteur est de la Mediterrannée, en Mer Egée, depuis le début de l'année.
Il sera surement nécessaire de compléter ce macabre décompte pendant l'exposition.
Morceler ces verres, ce sera l'exécution sinistre de mon travail.
S'il doit y avoir plus de décès qu'en 2015, cette cartographie ne sera pas assez grande. Autrement dit, il y a déjà eu autant de morts en 2 mois qu'en la moitié de 2015
[ 2015: 805 disparus en mer Egée, et 3770 pour l'ensemble de la Mer Mediterranée ]
 
Notre mer Méditerranée, notre berceau civilisationnel est un honteux cimetière.
Ainsi cet été nous nous baignerons dans une sépulture.
 
Pensons à ces disparus.
En mouillant les verres sablés, ils retrouvent leur transparence et font apparaître le rêve de paix qui animait ces migrants fuyant la violence et la guerre.
 
Voila une histoire, celle de deux côtes qui peuvent s'apercevoir par beau temps, entre l'Europe et la Turquie
 
 
Quelques liens pour poursuivre la réflexion:

Note d'intention présentée avant la création de cette œuvre

Missing Migrants Project , cartographies des disparitions de migrants par zones géographiques

et le Journal de Bord du journaliste-écrivain Jean-Paul Mari, sur l'Aquarius, SOS Méditerranée


Article dans Libération du 16 Mars, sur les négociations entre l'UE et la Turquie et l'institution d'une sorte de place de marché du migrant

Les statues déchirées de Bruno Catalano
et une installation d'Ai Weiwei