• Add to Collection
  • About

    About

    This datavisualisation illustrtae the incomes and the expenses of the different administrations of France
    Published:
Qui paie quoi en France ? Ce schéma illustre comment les administrations publiques sont financées et à quoi elles allouent leurs dépenses. D’un côté, il y a les recettes, de l’autre les dépenses et au centre les transferts entre administrations publiques. Chacun peut interpréter et porter des jugements de valeur sur la répartition des recettes et des dépenses. Mais l’on peut constater que chacun retrouve une partie plus ou moins importante de l’argent investi dans le système de mutualisation, que ce soit via la pension, l’enseignement, les services de police, les allocations familiales, les soins de santé, la culture, … On peut également observer le poids des intérêts de la dette dont l’ampleur permet de mieux comprendre les enjeux qu’ils représentent pour les finances publiques... Les recettes et les dépenses sont gérées par quatre grands groupes d’administrations publiques: l’état, les organismes divers d’administration centrale ou opérateurs nationaux qui regroupent des organismes auxquels l'État a donné une compétence fonctionnelle spécialisée au niveau national, les administrations publiques locales qui comprennent principalement les collectivités locales (régions, départements, communes et groupements
de communes) et la sécurité sociale. En 2013, l’ensemble des recettes se montaient à 1120 milliards d’euros, les dépenses à 1207 milliards d’euros et le déficit à 87 milliards. La plupart des matières dépendent de plusieurs groupes d’administration. On peut toutefois mettre en avant les principales recettes et dépenses de chacun d’eux. L’état obtient ses recettes principalement des impôts des personnes physiques et des sociétés, de la TVA et d’autres taxes. Il participe principalement aux dépenses liées à la dette, aux services généraux (organes exécutifs et législatifs, les affaires financières, étrangères, l’aide humanitaire), la défense, l’ordre et la sécurité, les affaires économiques, l’enseignement et une partie des pensions. Les organismes divers d’administration centrale ont des recettes qui proviennent pour moitié d’impôts directs notamment de la production du secteur public, de transferts provenant d’autres agents (ex: Fonds des Communautés Européennes), de taxes sur la consommation et pour moitié de subventions de l’état. Ces administrations ont des dépenses qui correspondent aux services qu’elles ont en charge : une grande partie des affaires économiques (ex: ADEME, INRA, ASP, fond d’investissement), l’enseignement (ex:
CNRS), la culture (ex: musées nationaux), transport (ex: AFITF, VNF), ... Les administrations locales ont des recettes qui proviennent pour moitié d’impôts directs : production du secteur public, impôts sur le revenu, impôts sur le patrimoine et pour
moitié de transferts de l’état. Elles ont en charge l’ensemble des services de proximité: les services généraux, la sécurité, le transport, la protection de l’environnement, le logement, les équipements collectifs, les loisirs, la culture, l’enseignement.
Enfin, la sécurité sociale obtient ses recettes principalement des cotisations sociales “employé” et “employeur”, des impôts sur les personnes physiques et de transferts de l’état. Elle a en charge la grande majorité de la protection sociale.