Perte de Racines, de repères... de l’enfance, le plus bel âge de la vie, riche en poésie se trouve,  du fait du non respect d’une valeur aussi sacrée pour la culture, relégué aux oubliettes.
choqué par la réduction de plus en plus grande de l’espace vital qui devrait être accordée  à l’enfance dans la société.
De moins en moins, des espaces de jeux, culturels, ou récréatifs sont alloués à cette tranche d’âge de la société qui nécessite pourtant une grande prise en charge de la part des pouvoirs publics.  Ceci a pour conséquence un reflexe d’auto prise en charge de la part des enfants, qui perde toute la candeur, toute l’innocence de cette âge poétique de la vie.
Désormais, abandonnés à eux-mêmes, livrés à leur propre sort, l’enfance à défaut d’être désœuvrée, s’emploie à des durs labeurs, pour des fins d’autosubsistance au point que toute l’infantilité et de leur reflexe et de leur vocabulaire disparait subitement.
 
« ENFANCES PERDUES »
20
191
0
Published:

« ENFANCES PERDUES »

Sans vouloir se perdre en inutiles conjectures, je cible par l’obturateur de mon appareil photographique, un moment clé de l’histoire de mœurs so Read More
20
191
0
Published: