Les brocards, les plus âgés en premier, perdent les bois chaque année au mois de Novembre . La période de repousse, dite " refait ", commence presque aussitôt et va durer jusqu'à la fin Mars.
Les animaux sont peu visibles à cette saison car ils ont besoin de calme pour remonter leur tête et ils subissent en plus la pression de  la chasse. Aussi le gibier sort-il tard...quand il sort. En plus, la lumière est vite insuffisante pour la photo et la météo est souvent difficile pour le matériel comme pour le photographe. Les images sont donc plus rares en hiver mais elles n'en sont pas moins belles pour autant.
 
A la course, tôt le matin, avec une belle gelée blanche. Nous sommes début janvier et seul l'andouiller antérieur est développé, les deux autres sont à peine ébauchés.
La nature porte encore ses couleurs hivernales mais les bois déjà hauts de ce brocard annoncent l'arrivée prochaine du printemps.
Femelle avec son petit de l'année. Le jeune accompagne sa mère pendant toute sa première année et la présence de celle-ci  lui est nécessaire pour bien passer les mois de froid où la vie est plus difficile.
Ceui-ci est né l'an dernier au mois de mai et les bois de sa première tête se limitent à deux petites dagues de quelques centimètres.
 Bien fondu dans les couleurs ternes de la campagne à la fin janvier, un jeune brocard qui monte sa première tête .
Intimité volée de deux jeunes qui se léchent mutuellement. Nés  de la même mère, ils vont grandir ensemble jusqu'à la prochaine saison de rut, fin juillet.
Deux frères sortant tard le soir. On voit que le développement, la forme, l'écartement des bois est variable d'un individu à l'autre.
A la fin février, les prés reverdissent et cette herbe nouvelle fait sortir les animaux 
avant même que le soleil ne soit couché. Le cou assez mince malgré le poil d'hiver, les bois réguliers mais de hauteur moyenne, évoquent un animal encore jeune.
Peut-être père et fils.
Mi février : un beau brocard d'âge moyen, déjà bien avancé dans son refait, les bois dépassant  nettement la hauteur des oreilles.
Les bois vont être bientôt nettoyés et la mue de printemps va commencer. Ce changement de poil provoque des démangeaisons que les animaux calment en se léchant longuement.
Et pour les parties que la langue ne peut atteindre, c'est la patte qui permet de se gratter pour calmer l'irritation.
Pour achever son refait, l'animal est friand de nourriture verte  et l'herbe qui repart lui fournit tout ce dont il a besoin.
Quand l'animal hérisse les poils immaculés de la tache claire qu'il porte à l'arrière- train, dite "miroir" ou "serviette", c'est un signe d'inquiétude destiné à avertir les congénères proches d'un danger potentiel.
Il est courant, en fin d'hiver, de voir de petits groupes de mâles qui se sont regroupés pour passer la mauvaise saison.
Quand le chevreuil en velours se nettoie, les gestes sont mesurés comme s'il voulait éviter de cogner l'extémité des bois qui est encore fragile.
Ce jeune a ramarqué l'objectif du photographe. A condition, bien sûr, d'être à bon vent, il suffit de rester absolument immobile dans l'affût et  il va perdre toute méfiance et se remettre à manger.
On voit bien, sur la patte arrière, la glande odorante située en dessous de l'articulation du jarret. Elle laisse une trace olfactive qui marque  le passage de l'animal dans des herbes un peu hautes.
Fin Mars. Ce jeune brocard finit sa tête mais doit en même temps changer de poil car la température monte avec le printemps. C'est ce qui lui vaut cet aspect de vieille peluche ébourrifée.
Scène de jeux entre deux frères, le soir, quand ils sortent au gagnage.
Aucune violence dans ces simulacres de joutes. Les velours sont fragiles et très sensibles et les animaux le savent.
Si l'on regarde attentivement, on voit sur le bois droit un petit renflement qui est l'amorce de l'andouiller antérieur qui va se développer dans les semaines à venir.
Les vieux mâles sont les premiers à refaire leur tête. A la fin février, les bois de celui-ci ont atteint leur développement complet et il ne va pas tarder à les frotter contre les arbustes pour les débarrasser de leur velours.
Quand les animaux ont nettoyé leur tête, on mesure combien la taille réelle des bois est sans rapport avec la masse que formaient les velours.
Un trophée régulier et de taille moyenne pour ce sujet encore jeune, éclairé par le soleil couchant de la mi-mars.
Première moitié de mars, ce grand brocard vient de nettoyer ses velours. Les bois sont encore un peu sanguinolents à leur base et bien blancs mais, d'ici quelques jours, ils auront pris leur couleur définitive .
Chevreuils en velours
30
401
2
Published:

Chevreuils en velours

Portraits de brocards d'âge varié pendant la période du refait, soit de Novembre à Mars, pour avoir des points de comparaison qui permettent de m Read More
30
401
2
Published: