user's avatar
Buenos Aires – Ushuaïa. Une histoire argentine
Buenos Aires, capitale du mouvement perpétuel, ancrée sur les larges rives du rio de la Plata. Ushuaïa, 3000 km plus au sud et destination finale de la célèbre ligne patagonne d’Antoine de Saint­ Éxupéry et de Rufino Luro Cambaceres. Entre ces deux points extrêmes se mêlent des histoires, de la construction de l’Argentine aux récits de ceux qui battent ses chemins. Sous la lune des nuits fué­ giennes comme de celles de Buenos Aires, les voyageurs écoutent les murmures des rêves. Après une année passée dans ces deux villes, je vous propose mon regard, qui n’est autre que l’un de ces récits. Les images reflètent l’équilibre difficile entre l’attrait pour le mythe et la perception d’une réalité à la fois universelle et propre à chacun. Dans les photographies de ce pays si vivement ancré au cœur de l’imaginaire européen, le spec­ tateur trouvera certainement un peu de son histoire, en écho à ses voyages, vécus ou imaginés.
 
Photographies présentées lors de deux expositions, en mars et avril 2014 puis en octobre de la même année, à Lyon.
 
Instants de Buenos Aires
 
Buenos Aires vit au présent. Dans ses rues sans fin, on se presse. Insomniaque, la ville ne s’arrête jamais. Les travailleurs du jour relaient ceux de la nuit ; pas d’interruption. Les avenues sont à angle droit ; le désordre qui y règne témoigne de la croissance passée des quartiers, à mesure que se succédaient les immigrants venus de tous les coins du monde. Aujourd’hui, les nouveaux ha­ bitants sont issus principalement du sous­conti­ nent, parfois d’Afrique. Les origines indigènes se mêlent à la culture européenne héritée du début du XXe siècle. D’un côté, le luxe, de l’autre la misère. Les deux ne se mélangent pas. Tableau fascinant et inquiétant dessiné par la bruyante capitale de l’Argentine. Les photographies enre­ gistrent les instantanés de cet éternel recommen­ cement au rythme du temps qui passe. Plus tard, on peut saisir et comprendre.
Se mouvoir dans Buenos Aires est une épreuve. Rues remplies d’odeur d’essence, de rugissements, de fureur. Les bus roulent jusqu’à la panne – comme le reste de la ville. Voitures et motos, métro, trains délabrés et tramways neufs transportent leurs passagers dans des avenues italiennes, françaises, espagnoles, indigènes, américaines ; en un mot, argentines.
Buenos Aires – Ushuaïa. Une histoire argentine
4
56
0
Published:

Buenos Aires – Ushuaïa. Une histoire argentine

Un portrait décalé, sur une année, de la ville de Buenos Aires.
4
56
0
Published:

Creative Fields

Attribution, Non-commercial, Share AlikeAttribution, Non-commercial, Share AlikeAttribution, Non-commercial, Share Alike