Along the Tsiribihina river, Madagascar
Tsiribihina is a river that flows through the regions of Bongolava, Bemaraha and Menabe to pour by a large delta in the Mozambique Channel some 50 kilometers north of Morondava in western Madagascar.
Formerly Tsiribihina and his tributaries were animated by comes and goes of barges disenclosing tobacco plantations. Following the termination of the activity, these boats were preserved and adapted for the carriage of passengers. This is one of the main tourist attractions of the country.
During 3-4 days down the river, time stops. Only the noise of engine of barges may affect the serenity of the place, where in a lush tropical nature, waterfalls to crystal clear waters and magnificent landscapes, evolve lemurs, tortoises, chameleons, herons, wild ducks and other exotic birds, and of course the iconic Nile crocodile who is the origin of the name of this river "tsy robohina , where you do not dive ".
In the villages in the middle of nowhere and deprived of any contemporary modernism bordering the Tsiribihina, Sakalava life unfolds peacefully under the shade of kapok trees, baobabs and mango. The passage of travelers is for them the attraction of the day and it is a tradition they come after nightfall near the encampments, sing and dance with kabosy and other makeshift instruments.
La Tsiribihina est un fleuve qui traverse les régions de Bongolava, Bemaraha et Menabe, pour se déverser par un grand delta dans le Canal du Mozambique à quelques 50 kilomètres au Nord de Morondava, à l’Ouest de Madagascar.
Autrefois la Tsiribihina et ses affluents s’animaient surtout du va et vient des chalands désenclavant les plantations de tabac. Suite à l'arrêt de l'activité, ces mêmes embarcations ont été conservées et aménagées pour le transport de passagers. C’est une des principales attractions touristiques du pays.
Durant les 3 à 4 jours de descente du fleuve, le temps s’arrête. Seul le bruit des moteurs des barges pourra affecter la sérénité de l'endroit, où dans une nature tropicale luxuriante, cascades aux eaux cristallines et paysages somptueux, évoluent lémuriens, tortues, caméléons, hérons, canards sauvages et autres oiseaux exotiques, et bien sûr l’emblématique crocodile du Nil qui est à l’origine du nom de ce fleuve « tsy robohina, où l’on ne plonge pas ».
Dans les villages hors du monde et dépourvus de tout modernisme contemporain qui bordent la Tsiribihina, la vie des Sakalava s’écoule paisiblement à l’ombre des kapokiers, baobabs et manguiers. Le passage de voyageurs est pour eux l'attraction de la journée et il est de tradition qu'ils viennent après la tombée de la nuit près des campements, chanter et danser au rythme des kabôsy et autres instruments de fortune.
Along the Tsiribihina river, Madagascar
21
179
0
Published:

Along the Tsiribihina river, Madagascar

Along the Tsiribihina river, Madagascar
21
179
0
Published:

Creative Fields