°

  • 364
  • 46
  • 6
  •  
     
     
     
  •  
     
     
     
  •  
     
     
     
  •  
     
     
     
  •  
     
     
     
  • Écailles De Lune
     
    Alcest
     
     
    La lumière de juillet s'éteint sur les grèves
    Et songeur, je laisse mes pensées se perdre
    Á l'horizon flamboyant.
    La rumeur des vagues m'apaise,
    Je profite de cet instant précieux,
    Invitant la chaude brise marine 
    À raviver mes sens alanguis. 
    Hanté par le mirage des jours heureux
    J'attends que naissent au large
    Les échos de la nuit. 

    Mes pensées se noient à l'horizon. 

    Les heures filent, la mer soupire
    Sous des astres lointains
    Déposés en une pincée d'or
    Tremblante sur les houles. 
    Elle ouvre sa danse hypnotique,
    Et absorbe mon regard décoloré