Showcase & Discover Creative Work Sign Up For Free
Hiring Talent? Post a Job

Bēhance

La partie d'échecs

  • 30
  • 1
  • 0
  • La partie d’échecs
    Alice se trouvait au grenier en compagnie du Docteur Noir pour sa première leçon d’échecs. Elle se contentait pour l’instant de jouer avec une petite duchesse féline.
    L’atmosphère était étouffante. Le docteur et Alice haletaient et suaient à grosses gouttes. Il aurait sans doute était plus commode de jouer à l’ombre d’un tilleul, mais le grand air n’était pas propice, selon le Docteur Noir, au jeu d’échecs. Il fallait que l’air soit  vicié, pensait-il, pour pleinement se concentrer. Le sang pouvait alors monter à la tête, fournir une perception de la douleur, permettre d’ oublier son corps en s’y sentant trop à l’étroit.
    Le docteur Noir mit le jeu en place sur le guéridon empire. Il réfléchi longuement à l’état de choses problématique qu’il voulait soumettre à la jeune Alice. Après avoir trouvé la disposition correcte, il regarda Alice et déclara solennellement  « Les blancs commencent et font mat en quatre coups». 
    - Que faut il que je fasse ?  dit alors Alice, je ne connais pas les règles de ce jeu
    - Nul besoin de connaître les règles. Pour jouer il suffit d’appliquer les règles. 
    - Et comment pourrais je appliquer une règle sans la connaître ? s’insurgea Alice en caressant son chat
    - C’est là tout l’intérêt de s’exercer petite fille. Assez maintenant, laisse un peu cet animal et concentration.
    Le docteur Noir ne dit plus rien. Il se mit légèrement de profil caché derrière le roi noir puis fixa Alice d’un œil torve. 
    Alice comprit qu’il ne servirait à rien de discuter avec l’énergumène. Elle avait déjà essayé de raisonner quelques fous dans le passé et cela n’avait jamais rien donné. Elle pensa un temps à prendre la fuite, mais n’était elle pas chez elle ? C’était au Docteur Noir de s’en aller et elle avait le sentiment que, pour cela, la seule issue était de résoudre ce maudit problème d’échecs.  
    « Ma pauvre Alice, dans quoi t’es tu encore fourré ? » marmonna t-elle. Elle réalisa trop tard qu’elle avait pensé tout haut et n’eut pas le temps d’éviter les pièces contondantes que lui lançait le Docteur Noir au visage. Elle fut heurtée à la lèvre supérieure et tombât violemment de sa chaise. Quel choc !
    Quand elle reprit connaissance, le docteur Noir lui tendait une tasse d’eau chaude s’excusant de n’avoir pas trouvé où elle rangeait le thé. Il remit Alice sur sa chaise en face du jeu d’échecs et lui commanda, à nouveau, de trouver la solution. Alice essaya, une fois encore, d’expliquer qu’elle en était incapable et demanda si elle pouvait au moins poser des questions sur le déplacement des pièces. 
    Le docteur Noir rit bruyamment et dit à Alice que si elle avait des questions à poser, c’est qu’elle ne regardait pas le jeu correctement. 
    Vexée, Alice essaya d’examiner le jeu sous toutes ses coutures mais rien n’y faisait, elle n’y comprenait rien. Elle prit son mal en patience et attendit.
    As tu regardé dessous ? dit le docteur Noir  après quelques heures
    Alice souleva le jeu pour ne voir que le marbre froid du guéridon, elle tenta de questionner d’un sourire le bon docteur mais il restait muet. Après de longues minutes d’attente, il déclara soudain, comme pris d’un enthousiasme maniaque: « Et dedans ? as tu regardé à l’intérieur ? »
    Que voulait-il bien dire ? Alice essaya d’ouvrir le jeu sans succès. Le docteur Noir cherchât alors nerveusement dans le tiroir du guéridon et lui tendit un scalpel en lui disant, fébrile : «  essaye avec ça »
    Alice entailla le jeu dans sa longueur.

  •  Le Docteur Noir, à ses cotés, était soudain en tenue verte de bloc opératoire et l’aida à garder la plaie béante. « Il ne faut pas que l’opération dure trop longtemps, les jeux aussi peuvent mourir, et celui-là n’a pas été anesthésié ; je vous donne deux heures pour résoudre tout ça »
    A l’intérieur, tous les rapports secrets étaient comme exemplifiés.  Alice n’avait plus besoin de savoir jouer aux échecs pour appliquer les règles. Les pièces, les organes, indiquaient d’eux mêmes où ils pouvaient aller, ce qu’ils pouvait manger attaquer ou bloquer. Alice comprit immédiatement tout de la lutte intestine entre organe noire et organe blancs qui rongeait ce corps, et prit de pitié, décida d’y remédier.
    -Il faut tenter d’extraire cette grosse métastase, c’est le roi noir, lui expliqua le Docteur. Je vais faire le premier coup pour te montrer par où il faut commencer. 
    Le docteur  tendit alors les vaisseaux de la reine pour la projeter en diagonale sur un animalcule noir qui soudain disparut. Mais, au contact d’un autre animalcule qui atteint son flanc gauche, la reine fut comme atteinte d’une crise de mitose aiguë et se désagrégea lentement.
    Alice se mit à pleurer lorsqu’elle entendit le dernier couinement de la reine blanche. « Ne t’inquiètes pas petite fille, c’est pour la bonne cause. Assez de sentiment, c’est à toi de jouer »
    Alice comprit alors que le petit animalcule qui avait happé la reine avait laissé une place de choix pour son propre pion. Elle enroula l’organe avec une artère et tira d’un coup sec. Le pion subit alors une translation en hauteur. Il allongea ses bras menaçant au flanc du roi noir qui prit peur et s’enfuit, contraint de livrer son organe viril à la puissance des baïonnettes. 
    On versa de l’huile chaude sur la tour et la plaie cautérisa. 
    Fier de son exploit, le pion se prit soudain à hennir. Méiose évolutive. Son nez s’allongea progressivement puis s’épaissit jusqu’à devenir un féroce museau. Ses yeux étaient ceux d’un chat têtu. Le corps était encore comme écrase, mais les pattes étaient immenses et s’étendait jusqu’au Roi pour le bloquer. La patte pouvait se rabattre au plus loin, en se coudant.
    Un ecclésiastique soufflait dans un thyrse des rayons de chimiothérapie qui arrivaient en biais et bloquaient le roi. Il était coincé entre le sabot d’un cheval et le chant d’un prêtre.
    Le Docteur Noir rappela à Alice qu’elle jouait avec le temps en agitant une horloge sous son nez . Elle se hâta alors d’arracher une vertèbre du squelette blanc pour la projeter en avant, parallèlement à la première incision. La vertèbre vint heurter la peau du jeu et surgit une tour qui vint s’écraser dans le crâne royale. 
    Echec et mat, la métastase se meurt, le docteur noir évacue le roi d’une pichenette. 
    Le grenier était vide. Seul un livre de Fred Reinfeld était posé sur un guéridon poussiéreux.
  • Checkmate