Showcase & Discover Creative Work Sign Up For Free
Hiring Talent? Post a Job

Bēhance

  • Born of a single constraint, a square format, this series is more a formal research than a really accomplished piece of work. It is the mixture between empty spaces photographs of lesser aesthetic interest and computer generated images stemming from the famous game "Grand Theft Auto IV" made by Rockstar Games.

    Like many young adults of my generation, I am relatively intoxicated by the video game culture. I consider my uncountable hours spent playing as a total waste of time. I therefore tried to see whether I was capable of creating something from this feeling of infertility. It is in a sense a way for me to exorcise the guilt of my addiction.

    The series is called Farwest for various reasons. At first because the pictures were taken at Brittany’s furthest point, recalling a notion of the end of the world, of space. Secondly it was because I am tackling my own projections of the American way of life. Influenced by William Eggleston's work, the distant attraction for the big desert West and the automobile iconography from the 7O’s and 80’s. The industrial civilization in its glory now lost in a still life.




    Née d’une seule contrainte, le format carré, cette série est davantage une recherche formelle qu’un travail réellement abouti. C’est le mélange de photographies d’espaces vides de moindre intérêt esthétique et d’images de synthèse issues du célèbre et controversé jeu vidéo 
    “Grand Theft Auto IV” produit par Rockstar Games.

    Comme de nombreux jeunes adultes de ma génération, je suis relativement intoxiqué par la culture vidéo ludique. Je considère mes innombrables heures passées à jouer comme du temps perdu. Alors j’ai tenté de savoir si j’étais capable de créer quelque chose à partir de ce sentiment de stérilité. C’est en quelque sorte une manière pour moi d’exorciser la culpabilité de mon addiction et de créer un doute sur ce que je donne à voir afin de rendre palpable ce monde virtuel qui jour après jour prend un peu plus de place dans notre réalité.


    La série porte le nom de Farwest pour diverses raisons. D’abord car les clichés ont été pris à la pointe de la Bretagne; une notion de bout du monde, de vide. Ensuite parce que les thèmes abordés sont mes projections de l’American way of life. L’influence du photographe William Eggleston ainsi que l’attirance lointaine pour le grand Ouest désertique et l’imagerie automobile des années 1970-1980. La civilisation industrielle à son apogée, perdue dans une nature morte.